Fragment du chaos

chaos

Les éoliennes brassent la pluie. Une neige fondue verglace le sol. Le ciel est une toile tendue de gris. La lumière ne ciselle rien. La journée promet d’être uniforme. Le lendemain de l’alcool dilue le jour. Il s’agit toujours de rejouer la nausée. Une nausée primordiale comme celle d’un cri primal. Mon père gémissait dans les ténèbres de sa chambre. L’un de mes frères, alcoolique et polytoxicomane m’a appelé, un soir, pour pousser des cris de bête avant de me menacer de mort. Il y a 26 ans nous nous étions battus comme des animaux. J’avais 22 ans, lui était ivre. Il avait mis mes affaires dans la remise du jardin, un matin d’hiver, avant que j’aille passer un concours. Nous nous sommes battus sous les yeux de notre mère en larme. C’est beau le peuple. Je le sais, j’en viens. Alors, presque 30 ans plus tard, il promettait d’en finir. Je ne l’aurais pas cru si  je ne le savais dément. J’entends au sens clinique du terme. Schizophrénie-paranoïaque avec bouffées délirantes: un beau cocktail. Il n’est pas impossible que le tableau clinique ait changé, pas la souffrance qui  le ronge .

***

Le diagnostic, une illusion selon des cases. Tout le monde veut être dans une case. Ainsi tout le monde loue le diagnostic. De nos jours, il y en a partout. Sans remède.

***

Ou alors ne perçois-je pas le soleil modeler les nuages et donner à l’horizon son relief ? Il n’est pas impossible que j’aie des yeux de brume. J’ai dormi pourtant. Les somnifères semblent vaincre l’insomnie. Il m’arrive d’avoir un sommeil continu. Cependant, la fatigue ne me quitte pas ni les maux de tête. Et pour le reste, je grogne avec amertume. Je devrais  peut-être écouter ce médecin qui me  dit qu’avec mon niveau de dépit, il faudrait que j’envisage «non pas une déprime mais une dépression». Je n’ai jamais aimé les phrases qui bascule sur un « mais ».  C’est une question de rythme, de musique.

***

Le correcteur orthographique qui dysfonctionne transforme cette conjonction de contradiction en maïs.

Le maïs n’a jamais coordonné la négation.

***

Je n’en peux mais de cette automation linguistique qui, si elle n’ouvre pas sur la banalité, dérive vers l’absurde. La cybernétique a réduit le langage en une suite probable de mots pouvant avoir du sens. Si, par le passé, un nombre déterminé de grands singes jetant au hasard des signes sur une feuille eussent pu composer un roman, même passable, désormais les logarithmes offrent aux processus de synthèse automatique l’artifice d’une intelligence et le moyen de produire des textes randomatiques à canevas. Nul besoin de pester par avance, personne ne s’en rendra compte, les mauvais écrivains et les machines à lire ont déjà habitué le cortex à cette prose de la vacuité.

***

J’aurais pu ironiser avec le médecin. Je lui ai dit que je revoyais un psychanalyste. J’ai aimé son regard perplexe. De nos jours, il ne fait pas bon dire que la psychanalyse a du sens. Tout le monde préfère le cognitivo-comportementalisme, la psychiatrie et les huiles essentielles.

***

Le nom de mon précèdent psy était celui d’une recette gastronomique, son prénom semait des petits cailloux et il officiait rue Louis Braille. Pas mal, non ? Le nouveau se nomme : « le courageux qui parvient à son terme et possède un bien ». Tout un programme. Il officie rue Tierce. Un terme de musique qui définit « deux notes séparées par trois degrés ». La tierce peut être majeure ou mineure. Elle est à consonance douce. Alors musique. Enfin, je l’espère.

***

Il est 22h30. Bordeaux est à ma gauche. Tout le monde dort. J’ai envie de fumer. Je suis content d’avoir écrit ces quelques lignes. Ce n’est pas un roman. Au moins, la question d’écrire demeure et je ne suis pas encore éteint. Il fait nuit. Rien ne vient ourler le ciel. La vie est toujours au bout de la ligne, c’est-à-dire Paradis.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s